Andromède VI

De la buée sur Andromède VI c’est un projet court resté au fond d’un tiroir, parce que refusé en radio il y a quatre ans, faute de correspondre à une ligne éditoriale. Ce qui n’est pas un reproche.
Du synopsis d’origine naitront deux projets. Le premier, indirect, aura quelques thématiques communes : l’espace, l’isolation et un phare puissant. Vous nous suivez ?
Le deuxième, plus direct donc, sera légèrement remanié et deviendra De la buée sur Andromède VI.

Lorsque Anthony Touzalin nous a contactés, il avait simplement besoin d’une histoire pour réaliser une fiction sonore parmi ses projets de fin d’études de compositeur : « J’ai longtemps cherché un sujet à traiter, j’ai lu des nouvelles, reçu un poème d’un auteur… Mais rien à faire, ça ne fonctionnait pas. J’avais envie d’autre chose, de voyage, de SF ! Quelques semaines et mois passent, d’autres projets à terminer et je suis tombé sur le site Audiodramax J’ai pris contact avec Antoine afin de lui présenter mon projet et le contexte. Je m’attendais à rien de spécial, peut être même pas une réponse. »

Et puis de là, on a discuté ! Parce que oui, on lit tous nos messages, et même qu’on répond. Dès fois à la bourre. Avec Anthony le courant est vite bien passé. On a commencé à réfléchir de notre côté à une histoire commune, c’était l’occasion d’écrire ensemble et de confier la réalisation. On lui a proposé plusieurs histoires et puis David a ressorti son vieux truc, pensant que ça serait peut-être pas mal finalement.

À partir de là, on a bien taffé. Antoine à écrit un premier jet, David un second, pis ils ont fignolé à deux. Même que c’était vachement cool de collaborer sur un scénario. Jay était occupé sur Redlook alors il n’a pas eu le temps, n’allez pas penser qu’il boudait. Ensuite, on a laissé Anthony se débrouiller avec le texte. « Quelques semaines plus tard j’ai reçu un mail avec une fiction intitulée De la buée sur Andromède VI. J’ai tout de suite été emballé par l’histoire dont l’écriture est très cinématographique. Je lisais le scénario d’un film et je devais le réaliser. »

Là, on s’est dit que c’était bien parti. Mais on n’était pas tranquille : c’est pas facile de filer son scénario quand on est réalisateurs et qu’on sait exactement ce qu’on ferait. Curieusement, c’était aussi ce qui nous plaisait bien, découvrir une interprétation possible de notre histoire. On est tellement plein de paradoxes dès fois c’est dur la vie.

Voici ce que peut donner ce qu’on imagine, dans les mains d’un autre artiste habitué à la composition musicale et qui, pour sa première création, nous a bluffé. Nous avons aimé et nous souhaitions vous le faire partager.

.: Écouter :.

 

Prolonger aussi votre écoute sur son site, il y a plein de belles musiques : emotive muzik !